Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

mon premier aveugle par Clémence Bouchereau

mon premier aveugle par Clémence Bouchereau
1. Faites appel à vos souvenir : racontez nous la toute première fois que vous avez vu ou rencontré un aveugle ?
Du plus loin que je me souviens... c'est toi ! Il y a cinq ans, je t'avais invité chez moi suite à ton annonce "invitez-moi chez vous !". Je me souviens être allée te chercher à la gare et tu m'as pris le bras en m'expliquant gentiment que je n'avais pas besoin de le tenir aussi raide. A croire que j'étais un peu crispée... mais c'était la première fois que j'invitais si officiellement un inconnu chez moi ! Tu as pris tes marques dans mon petit appart' étudiant avec tellement d'aisance que j'ai senti croître un sentiment de familiarité et de bien-être. Merci encore Jean-pierre ! (Et dans mon souvenir, ma tartiflette n'était pas trop mauvaise)
Jean-Pierre en Ethiopie

 

2. Que vous évoque la cécité ?
Ça m'évoque...  un noble et gigantesque poisson de la famille des Cétacés. Il vivrait dans les profondeurs sous-marines et aurait développé une acuité des sens hors du commun, hors de portée du monde terrestre, avec sa propre lanterne comme gouvernail qui l'illuminerait tout entier.
 
3. Racontez-moi la rencontre que vous rêvez de faire avec trois personnes aujourd’hui disparues ?
Difficile de faire une sélection, je n'arrive pas à hiérarchiser qui que ce soit. Au risque de me prendre des coups de règle sur les doigts, je grille la règle des "trois" :
J'aurais aimé être une fois dans ma vie en présence de Piaf, Brel, Barbara, Ferré, Brassens... Les écouter chanter, clamer, poétiser dans un contexte intime, un bar, un cabaret à leurs débuts. J'aimerais bien rencontrer Peter Pan aussi, pour pouvoir voler sans ailes, croiser le fer avec panache dans la magnifique et dure réalité des mondes imaginaires. Ou encore Walt Whitman en auto-stop et faire un bout de route ensemble. Ou croiser Fédérico Garcia Lorca fredonnant un de ses airs dans les rues de Grenade... 
J'aimerais aussi rencontrer le bédéiste Fred, qu'il me raconte comment il a accouché de son livre "Le petit cirque", et dans le même genre, j'ajouterais Frédéric Back. On partagerait un moment à dessiner, à observer la vie en mouvement, des détails dont on ne veut pas qu'ils nous échappent. 
Pour finir, je ferais bien une visite - guidée par sa propriétaire - du cerveau de Virginia Woolf.
 
Virginia Woolf

4. Qu’est-ce qui vous manque ?

 Pas grand chose je crois. Enfin, en réfléchissant bien je pourrais citer des choses qui me manquent, des choses qui me permettraient d'atteindre un idéal d'existence et d'amour universel. Mais ce sont des manques aussi stimulants que nos fragilités. Donc non, je ne manque de rien.
 
5. Vous m’invitez à votre table, vous me faites manger quoi ?
 Un plat relativement simple avec de bons légumes de saison. En ce moment, tu aurais droit à des aubergines au four parfumées à l'ail et à l'huile d'olive, ou une tarte à la tomate. Et puis un chèvre chaud avec un filet de miel, ou du riz au lait au four. 
On ouvrirait aussi une bouteille de rouge, et comme il me reste un alcool de radis de Chine, on irait prendre un digestif quelque part en plein air.
 
6. Vous avez le pouvoir de faire parler un animal, lequel et pourquoi ?
 L'idée de faire parler un animal me semble un peu saugrenue, comme le fantasme de vouloir apprivoiser un animal sauvage. 
Plus qu'un dialogue, je pourrais imaginer une rencontre muette et lointaine. Un échange de regards défiants dans un moment fugace.
 
7.Que regardez-vous en premier chez l’autre ?
 L'attention aux autres. La présence. Le rire aussi.
 
8. Qu’est-ce qui vous fais le plus peur ?
 Je n'ai pas de peur précise qui me vient en tête. J'essaie de lutter contre mes fausses peurs qui me mettent des barrières inutiles.
 
9. Où m’emmèneriez-vous en voyage ?
Je crois que j'aimerais une nouvelle destination, toute fraîche pour faire frétiller les sens. Un pays ou la cuisine est reine, quelque part en Asie ou au moyen-orient, c'est vaste ! Ou bien un pays ou l'on danse. L'argentine par exemple, pour apprendre le tango qui a l'air d'être une merveille d'improvisation et de dialogue des corps. 
 

10. Qu’aimeriez-vous le plus décrire à un aveugle ?

Je pourrais penser à te décrire mon travail, le dessin en mouvement, le trait qui vit et qui vibre.... Mais en fait, plutôt que te décrire, j'aurais envie que tu me décrives. Que tu m'ouvres une petite porte sur ton regard, la façon dont tu ressens et observes les gens, l'espace, la nature. Quels sens exploiter ? Comment écouter, percevoir, toucher pour essayer de voir avec ton regard ? Un jour si tu veux bien, tu me feras une visite de tes sens ?
 
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0

À propos

Jean-Pierre Brouillaud

amoureux de l'inconnu voyageant pour l'Aimer davantage !
Voir le profil de Jean-Pierre Brouillaud sur le portail Overblog

Commenter cet article