Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les articles "journal non intime"

Il n'y a pas que la fugue de Bach

Il n'y a pas que la fugue de Bach

Le père avec sa quatre chevaux bleu nuit rentre d’une harassante journée de travail à l’usine. Sa femme, devant les clapiers à lapins en fibrociment, deux arrosoirs à bout de bras, lui crie : « René, tu n’as pas vu le fils sur la route ? » Lui, une ombre...

En savoir plus

Sous influence mandarine

Sous influence mandarine

Dans ma maison du dedans, maison ouverte à tous les vents, les voyelles sont en creux et les consonnes en relief. Les sons ont des couleurs, des densités, des saveurs. Et chez vous ? Depuis que je suis môme, je joue et je cohabite avec toute une poésie...

En savoir plus

Mais savaient-ils nager ?

Mais savaient-ils nager ?

1974. Avec Malika nous dormons le long du Rhône, un peu à l’écart de toute une tribu d’hirsutes et joyeux lurons jetés sur les routes des vacances, façon hippies. Pourquoi Avignon ? C’est juillet, le festival de théâtre. La lame d’un couteau sous la gorge...

En savoir plus

tribulations d’un appareil dentaire

tribulations d’un appareil dentaire

Écrire, c’est avant tout laisser venir et voir un ou des personnages, les autres, moi ou une situation, un rêve, et les écouter le plus attentivement possible en leurs prêtant nos mots. Maintenant, seul à une terrasse de café, allez savoir pourquoi, je...

En savoir plus

Rue de la Velouterie

Rue de la Velouterie

J’ai vu un homme, rue de la Velouterie ; l’air singulier, un peu perdu, il a aussitôt attiré mon attention. Il marchait un peu de travers, hésitant, un regard inexpressif semblant ne s’ancrer nulle part. Était-il ivre, drogué, ou s’était-il évadé d’un...

En savoir plus

Fraude ferroviaire et sodomie

Fraude ferroviaire et sodomie

Un homme me " drague " sur le quai de la gare de Grenoble. Il a un accent maghrébin. « Je peux t’accompagner ? Tu vas où ? — Je prends le train pour Paris. — Moi aussi ! » C’est le soir. Nous montons ensemble dans un compartiment vide. Après quelques...

En savoir plus

Un sex toy parlant

Un sex toy parlant

Chadabadaba… Chadabadaba… Un homme et une femme, vous connaissez ce film mythique de Claude Lelouch ? Dans ma cervelle, en boucle, la musique de Francis Lai : Chadabadaba… Chadabadaba… C’est un de ces beau soirs d’été où l’on ose à peine respirer, de...

En savoir plus

Oradour-sur-Glane, à l’heure de la traite

Oradour-sur-Glane, à l’heure de la traite

Dès l’âge de quatorze ans, mon père est domestique de ferme. Un certain samedi, le 10 juin 1944, il est en train de traire une vache assis sur un tabouret. Son patron, mutique depuis plusieurs heures, les dents serrées, lui dit brusquement : — Tu vois,...

En savoir plus

L'homme sans nom

L'homme sans nom

Une plage immense, déserte. Une dune brûlante comme si le soleil irradiait de son centre. L’océan en tumulte. Cette nature sans âge est toujours un peu effrayante pour celui qui ne la voit pas. Ajoutez à ce bout du monde deux jeunes vagabonds. Lui, gai,...

En savoir plus

Le robineux

Le robineux

Montréal, peut-être la rue Saint-Denis (je porte peu de crédit aux sirènes trompeuses de la mémoire). Un « robineux » - québécisme pour désigner un clochard – avachi sur un banc réclame un petit sou à tous les passants. Je passe devant lui. Silence, silence...

En savoir plus

Un foulard de trop.

Un foulard de trop.

On aura tout vu, ou presque, même quand on est aveugle ! Vous ne me croyez pas ? Alors lisez ce récit. Je suis assis sur un banc en bois, dans une vilaine barcasse à moteur qui sent le poisson séché, fruits et légumes pourris et huile de vidange ou quelque...

En savoir plus

Intuitions ou GPS malgré soi

Intuitions ou GPS malgré soi

Je débarque chez ma compagne. Une tragédie s'y joue. Sur le coup, je me conçois comme un spectateur de trop. Je n'ai pas envie d'assister à cette comédie en cris, portes claquées, menaces et algarades diverses. Le fils hurle : « Où t'as mis mon téléphone,...

En savoir plus

Avec ou sans lumière dans les toilettes

Avec ou sans lumière dans les toilettes

Une chose inattendue, décalée, nous frappe la toute première fois qu’elle se présente à nous, ensuite on s’y habitue. Habitue, quel mot ! N’entendez-vous pas, comme moi, « l’habit tue » ? J’ai seize ans, gros conflit entre le père et le fils, nous ne...

En savoir plus

Odeur et couleur de la honte

Odeur et couleur de la honte

"Nous sommes les pantins de nos récits. Le sentiment de honte ou de fierté qui accable nos corps ou allège nos âmes provient de la représentation que nous nous faisons de nous- mêmes." B Cyrulnik Ne plus exister ou ne plus être vu, voilà une sensation...

En savoir plus

Humour, la première médecine

Humour, la première médecine

Lecteur rêvassant, je commence à en avoir un peu marre d’être confiné sur ce siège de train depuis plus de cinq heures. J’éteins mon lecteur audio – je dévorais « American Darling », de Russel Banks. Apparemment, je me trouve à mille lieues des dramaturges...

En savoir plus

Coupes de champagne avec mes morts

Coupes de champagne avec mes morts

Ma main aveugle dans la porte du réfrigérateur rencontre une demi-bouteille de champagne. Tiens tiens, je l’avais oubliée, faut dire que je suis rarement à Laboule, dans le petit appartement qui me sert de pied-à-terre, d’adresse pour exister aux yeux...

En savoir plus

Orgue et orgasme, LSD et garde-à-vue.

Orgue et orgasme, LSD et garde-à-vue.

Seize avril 1976, jour de mes vingt ans. Il convient, dit-on, de marquer ce fait dans la mémoire d’un homme. Je me trouve avec mon inséparable ami Tintin dans la communauté chrétienne œcuménique de Taizé (fondée en 1940). Ce n’est ni par hasard ni par...

En savoir plus

A Patrick Adrien et au service désintéressé

 A Patrick Adrien et au service désintéressé

J’ai rencontré Patrick Adrien en Amérique du sud en 1987. Il était alors photographe. Aujourd’hui il enseigne le yoga à Asnières. Si vous aimez les anecdotes croustillantes, je vais relater ici la genèse de notre amitié La première fois nous nous sommes...

En savoir plus

Une pépinière d’aveugles esclaves

Une pépinière d’aveugles esclaves

Chaque jour, dans la station de métro Place d’Italie, un accordéoniste aveugle jouait le même début de chansonnette dès qu’il entendait du monde confluer dans son couloir. J’appris qu’il était aveugle. Aussitôt me vint l’idée de lui faire une farce. Je...

En savoir plus

Les fermes de mon enfance

Les fermes de mon enfance

Le jour de mes sept ans, nous avons emménagé dans une méchante fermette de location, dans le Maine-et-Loire : la Tafardière, à Brissac-Quincé. En fait, la bâtisse comprenait d’immenses dépendances, granges, hangars divers, où chèvres, brebis, volailles...

En savoir plus

Seconde paternité.

Seconde paternité.

Je suis père deux fois, père de la même fille. Qui dit mieux ? La première fois en date du 19 juillet 1995, paternité subie bien que consentie ; la seconde, un dimanche, le 26 mai 1996. Paternité choisie : je vous dois quelques explications. D’enfant...

En savoir plus

Étonnants voyageurs aveugles

 Étonnants voyageurs aveugles

Jacques Arago « Vous êtes étonnant, monsieur, et vous avez beaucoup de hardiesse pour voyager comme vous le faites en étant aveugle » est une phrase récurrente, sous laquelle parfois rampe une suspicion, une méfiance à l’égard de ma santé mentale. J’ai...

En savoir plus