Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je suis la cible que je vise

Je suis la cible que je vise
Je suis la cible que je vise
Je suis la cible que je vise
Je suis la cible que je vise

Le train roule plein ouest

Le cheminot me dit : t’as pas l’air bien

Chez elle j’ai oublié plus que ma veste

Je ne réagis pas et je serre les poings.

 

Un passager : « Laisse tomber, à chaque fois que tu crois gagner tu perds

Fais la paix avec toi-même et oublie »

Une blessure ça ne se retire pas comme un imper

Il ne suffit pas de déployer un stupide parapluie !

 

Provoc, avec un geste significatif, je réclame un rail au cheminot

« Pas de cocaïne ici, avez-vous un billet de transport ? »

« Hé mec ne sois pas parano ! »

Jean, chapeau, ceinturon — manque le flingue ! — dans mes bottes mon passeport.

 

Phosphore dans ma tête I ride alone de Lee Clayton

Exquis poison crépusculaire d’un blues électrique ténébreux

La peau musquée de la nuit lâche des phéromones

Un penchant certain pour l’ambiguïté, les paradoxes et les demi-jours vénéneux.

 

Je sais, c’est pas bon, mais reste que ressasser est un palindrome

Quel monde ! l’amour au pluriel se féminise

J’ai misé sur le mauvais canasson à l’hippodrome

L’amour au singulier m’a entraîné dans la mouise.

 

« Vouloir libère, subir opprime »

Dans ma pénombre du dedans ainsi me parle Zarathoustra

Quand je suis, comme maintenant, trop appelé par la déprime

Mais si je nourris sa gueule vorace, tout cru elle me bouffera.

 

Un prédicateur des rues crie: « Soyez vous-même, tous les autres sont déjà pris »

Ces putains de chiens m’aboient dessus, ils défendent leur propriétaire

Pourquoi les vagabonds attirent-ils autant de mépris ?

à  force de ne pas être aimée la terre finira par exprimer sa colère.

 

Je cherche l’oubli, je bois du Bourbon

Je rencontre l’hologramme de Platon dans une taverne

Inquiet, il me demande si je n’ai pas perdu la raison

Quand je fais allusion à l’allégorie de la caverne.

 

Gueule de bois. Court vers moi un ballast arc-en-ciel de jazz séminal

Vorticité du vivant, ascendance des émotions et des idées

Horreur ! les pompiers repêchent un répugnant cadavre du canal

Ô mort hideux tu aurais pu penser à ceux qui te verront avant de te suicider !

 

Avec Dieu on s’est reconnu dans les yeux fardés d’une vache

Désormais ne jamais oublier que je suis la cible que je vise

Vivre, avec ou sans cravate, mais plus de carotte, plus de cravache

Plus jamais la loi du talion, ni devise, ni église.

 

Moi, une nudité intégrale habillée des autres

Quand je jouis dieux et diables se taisent et se prosternent

À la tienne hologramme de Platon, ou plutôt à la nôtre

Mais tout en trinquant, peux-tu me dire pourquoi as-tu oublié la caverne ?

 

Ballast à grandes enjambées, rail de train, rail de cocaïne

Dans les champs qui défilent les vaches sont redevenues des vaches

Abysses, labyrinthes, lacis, méandres, énigme féminine

Ô Zarathoustra, on peut le dire, à la soupe populaire j’ai perdu ma veste et pris une bâche.

 

 

Je suis la cible que je vise
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0

À propos

Jean-Pierre Brouillaud

amoureux de l'inconnu voyageant pour l'Aimer davantage !
Voir le profil de Jean-Pierre Brouillaud sur le portail Overblog

Commenter cet article